Le Corrigeur est un conseiller en écriture expert en communication, en correction-relecture et en référencement Internet. Ses conseils d'écriture comprennent une étude d’impact, la correction orthographique et orthotypographique, la mise en page, la rédaction web, et la création de livres numériques (ibook).

04 82 53 27 71

Du lundi au vendredi : 9 h à 16 h 45.

Conseils d’écriture

Communicateur, correcteur relecteur, metteur en page.

Correction Relecture

Conjugaison et répétition, révision et grammaire, orthographe et vocabulaire : c’est mon cœur de métier. Obtenez, avec ce service de correction de l’orthographe, une expertise approfondie de vos romans, thèses et rapports…

Correction…

Mise en page

Avec mon service d’infographie, recevez une mise en page parfaite et une sublime maquette PAO de votre eBook, curriculum vitae (CV), mémoire, rapport ou roman… dans le plus grand respect de la règle typographique la plus stricte…

Mise en page…

Rédaction Web

Une rédaction web efficace va positionner votre site web dans les meilleures positions et va rechercher la première place de Google. Je privilégie la qualité d’écriture et le choix des annuaires et des CP les plus pertinents.

Rédaction…

Depuis 1993, je corrige tous les textes…

Saisie de texte

Vous avez écrit un texte manuscrit. Je vous propose une saisie de texte professionnelle avec mon service à distance de saisie-dactylographie. J’y inclus une correction de l’orthographe et de la typographie.

Saisie…

Conversion de format

Après la correction approfondie de l’orthographe, puis sa mise en page, votre texte sera imprimé au format Word (Microsoft Office), LibreOffice (OpenOffice), PDF (Adobe), PHP, Epub (eBook) ou…

Conversion…

Transcription audio

Vous souhaitez une transcription MP3 ou depuis un Dictaphone. Mon service de transcription audio va réaliser pour vous les transcriptions les plus fidèles de vos réunions, comptes-rendus ou reportages.

Transcription…

Vu à la télé

Orthographe et Rédaction

Vous êtes jugé sur votre écriture !

Ce reportage est extrait de l'émission 66 minutes. Il a été difusé sur M6 le 20 novembre 2011.

Le Corrigeur est un service expert en correction orthographique

Vous recherchez un correcteur relecteur professionnel maitrisant la correction orthographique, la mise en page, ou la rédaction web ? Mon service est un service expert : ma correction-relecture inclut systématiquement la révision et la réécriture.

Aucune mauvaise surprise : il n’y a pas d’intervenants multiples. La marque « Le Corrigeur » est l’enseigne d’un seul et unique prestataire : le Conseiller en écriture Pierre-Gilles Launay. C'est un expert spécialisé dans la correction orthographique et orthotypographique. Son champ d’expertise comprend le conseil orthographique et l’optimisation Internet.

Je corrige tous les documents :

Cette correction d’orthographe comprend tout ce qui est curriculum vitae (CV), lettre de motivation (LM) et roman en passant par le mémoire, les petites annonces, la thèse, le scénario de film, ou encore toutes vos correspondances, votre rapport d’activité, votre pige journalistique ou votre article scientifique. Et bien sûr : le courrier administratif ou encore le journal d’entreprise…

Le Corrigeur est un conseiller en écriture français et de langue maternelle française. Il est né et domicilié en France. Son travail est depuis toujours fondé sur la qualité.

  • Multilecture : avec expertise approfondie.
  • Correcteur reconnu : Le Corrigeur est le correcteur des stars de l’écriture, ceux qui publient dans le Top 10.
  • Délai respecté : évidemment !
  • Qualité et confidentialité : Le Corrigeur va bien au-delà des recommandations du Groupement professionnel.
  • Réforme de l’orthographe : Le site corrigeur.fr respecte la nouvelle orthographe recommandée par l’Académie.

Tél. : 04 82 53 27 71

De vive voix, c’est tellement plus rapide…

Contactez Le Corrigeur du lundi au vendredi de 9 h à 16 h 45, heure de Paris.
.

La dictée du jeudi 29 janvier 2015

La correction orthographique est un art et maitriser cet art se révèle toujours une grande satisfaction, alors faites-vous plaisir et essayez de surpasser Le Corrigeur : chaque semaine, Le Corrigeur vous propose une nouvelle dictée destinée à aiguiser vos neurones et vos connaissances des règles d’orthographe. Saurez-vous vérifier le vieil adage qui énonce que tout ce qui se dit peut s’écrire et que tout ce qui s’écrit peut se corriger ? Trouverez-vous d’autres erreurs ? À vos claviers, c’est parti…

Trouverez-vous plus de fautes d’orthographe que Le Corrigeur ?

Lisez le texte qui suit, corrigez toutes les fautes, d’orthographe ou pas, puis regardez la correction. Attention, cette dictée est plus difficile qu’il n’y parait et compte bien plus de fautes qu’il semblerait…

Les erreurs peuvent porter sur l’orthographe, la formulation du français, la typographie, etc.

14

410, l'an chanteur Merlin

Merlin nacquit la posternité en 1134 sur la plume à l'évèque Geoffroy de Monmouth. Il narrait les aventures dues barbe nommé Myrddin Wyllt qu'il initia au roi Arthur les saints d'une vaste fresque romanisque : L'Histoire des Rois de bretagnes. Il revenat d'au loin car Merlin devat initialement devenir l'Ante-Christ comme Louis, il fût enfanté par une vierge — elle se nommait Adhan — et parrain esse prix — son pair étaie l'essoufle du van, un succube sang nons que l'ont suppose a être Morfryn. A son origine des moniaques il savait le passer. De par ça, foie, il devint un demie-dieu, devint, ingénieur de Stonnages, alchimiste, savant, magicien, et astronome. Il inspira Arthur à la table ronde et la recherche du sein graal.

Que de fautes et d’erreurs dans cette dictée de 135 mots ! Saurez-vous toutes les détecter ?

La détection des fautes d’orthographe

Voici la correction de premier jet…

En vert : texte ajouté.

En rouge : texte supprimé.

En jaune : écriture déconseillée.

15

410, l'an chanteur Merlin

Merlin nacquit à la posternité en 1134 sur la plume à l'évèque Geoffroy de Monmouth. Il narrait les aventures dues barbe nommé Myrddin Wyllt qu'il initia au roi Arthur les saints d'une vaste fresque romanisque : L'Histoire des Rois de bretagnes. Il revenait d'au loin car Merlin devait initialement devenir l'Ante-Christ comme Louis, il fût enfanté par une vierge — elle se nommait Adhan — et parrain esse prix — son pair étaie l'essoufle du van, un succube sang nons que l'ont suppose a être Morfryn. A son origine des moniaques, il savait le passer. De par ça, foie, il devint un demie-dieu, devint, ingénieur de Stonnages, alchimiste, savant, magicien, et astronome. Il inspira Arthur à la table ronde et la recherche du sein graal.

Vous devriez trouver au moins 14 erreurs et fautes d’orthographe. Toujours pas ? Relisez soigneusement le texte original. Aidez-vous du premier dégrossissage ci-dessus et recommencez.

La correction du texte

Pour détecter chaque faute d’orthographe, il suffit de décortiquer chaque phrase l’une après l’autre en se rappelant qu’une phrase émet une idée, et une seule, et qu’elle comporte normalement et dans cet ordre-là, du moins en français : un groupe sujet, un groupe verbal, et un groupe complément.

Cette dictée comptait au moins 60 erreurs et fautes d’orthographe…

60

Merlin l’Enchanteur

Merlin acquit la postérité en 1134 sous la plume de l’évêque Geoffroy de Monmouth. Il narrait les aventures du barde nommé Myrddin Wyllt qui initia le roi Arthur au sein d’une vaste fresque romanesque : L’Histoire des rois de Bretagne. Il revenait de loin, car Merlin devait initialement devenir l’antéchrist. Comme Jésus-Christ, il fut enfanté par une vierge — elle se nommait Adhan — et par un esprit — son père était le souffle du vent, un incube sans nom que l’on supposa être Morfryn. Par son origine démoniaque, il connaissait le passé. Grâce à sa foi, il devint un demi-dieu, devin, ingénieur de Stonehenge, alchimiste, savant, magicien, et astrologue. Il inspira à Arthur la Table ronde et la recherche du Saint-Graal.

La correction de l’orthographe proposée par Le Corrigeur

65

Le texte de la dictée comptait finalement un très grand nombre d’erreurs. Erreurs de formulation, et fautes en tout genre allant de la faute de français, à la faute de conjugaison, la faute d’accord, la faute de genre, etc., sans parler de la faute typographique. En voici la correction orthographique et orthotypographique. Demain, une nouvelle dictée.

  1. 410 : bon là, on n’en sait rien. Cela fait donc uniquement partie de cette nouvelle. La légende dit seulement que Merlin est né au Ve siècle et qu’il est devenu le précepteur du roi Arthur Pendragon né vers 470-475. Arthur signifiait l’ours ou le guerrier et avait la même étymologie que le mot arctique (le cercle arctique).
  2. L’apostrophe doit être courbe : l’an.
  3. La règle des titres impose un a majuscule : l’An.
  4. Non sérieusement, qui ne connait pas l’enchanteur Merlin ? Si l’on avait parlé de l’an, il aurait fallu écrire : l’an chanteur de Merlin. Par contre, on dit plutôt d’habitude Merlin l’enchanteur, dans cet ordre-là. Un enchanteur est un envouteur, une personne dotée d’un charme (un sortilège ou un don) irrésistible. Merlin dépassait les frontières de la magie (donnée par le dieu des chrétiens grâce à sa mère) et de la sorcellerie (offerte par son père, le démon celte des marins). On écrira donc : 410, Merlin l’Enchanteur.
  5. Le verbe naitre s’écrit sans c au passé simple : naquit.
  6. On nait à. il manque donc la préposition à : à la posternité.
  7. Posternité n’existe pas. Le mot le plus approchant est : postérité.
  8. Naitre à la postérité est une formulation plutôt étrange. Notre hypothèse sur naitre était donc erronée. Il fallait en fait faire attention aux mauvaises liaisons. Il s’agit ici évidemment du verbe acquérir, d’autant que celui-ci n’oblige pas à ajouter la préposition à : acquit la postérité.
  9. On écrit sous une plume et non au-dessus (sinon l’encre remonterait vers le manche !).
  10. La préposition « à » marque normalement l’appartenance après un verbe ou devant un pronom (Le Corrigeur écrit à l’auteur). Entre deux noms, on doit utiliser « de » : de l'évèque.
  11. L’apostrophe doit être courbe : l’évèque.
  12. On écrit : évêque, avec un accent circonflexe.
  13. Le mot « dues » nous amène à deux hypothèses : soit il manque « au » (dues au barbe), soit il s’agissait de la préposition (du barbe). Or « barbe » est un mot féminin qui amènerait donc plutôt « à la barbe » ou « de la barbe ». Il nous faut donc étudier « barbe ».
  14. Barde convient mieux que barbe. Il est masculin et Merlin était bien un barde. Du coup, l’hypothèse sur dues devient : du.
  15. L’apostrophe doit être courbe : qu’il.
  16. La faute est très fréquente entre « qu’il » et « qui ». « Qui » introduit une subordonnée relative (c’est-à-dire un élément de phrase qui dépend [subordonnée] et qui est en relation [relative]) dont l’antécédent est sujet. « Qu’il » correspond à l’élision de « que il » et introduit une subordonnée relative correspondant aux autres cas. L’évêque narrait les aventures d’un barde, et c’est ce barde qui a initié le roi Arthur, donc : qui initia.
  17. On initie quelqu’un à quelque chose. On n’initie pas à quelqu’un quelque chose, donc : initia le roi Artur au.
  18. La correction étant réalisée sur « au », on découvre alors la confusion entre les saints induite par le métier de Geoffroy, le sein (l’organe mammaire), ou la situation à l’intérieur de quelque chose : au sein de.
  19. L’apostrophe doit être courbe : d’une.
  20. On écrit : romanesque.
  21. L’apostrophe doit être courbe : L’Histoire.
  22. Bretagne est un nom de lieu et prend donc la majuscule : de Bretagnes.
  23. Il n’y a pas de s à Bretagne.
  24. Revenat n’existe pas. Il y a probablement une confusion avec l’imparfait (revenait) ou le passé simple de revenir (revint). La longueur du temps écoulé par l’action en cours fait pencher pour l’imparfait : revenait.
  25. De loin, bien sûr.
  26. Il manque une virgule après le mot qui précède « car ».
  27. devat n’existe pas. Il y a probablement une confusion avec l’imparfait (devait) ou le passé simple de devoir (dut). La longueur du temps écoulé par l’action en cours fait pencher pour l’imparfait : devait.
  28. Le mot antéchrist s’écrit sans trait d’union et sans majuscule. C’est un nom commun. Il désigne un adversaire du Christ qui doit arriver peu avant la fin du monde : les chrétiens le décrivent comme comme quelqu’un qui prêchera une religion opposée à la leur dans le seul but de détruire les hommes de foi juste avant le châtiment divin (les chrétiens furent durant longtemps une secte puis une église apocalyptique).
  29. La phrase est boiteuse. Soit il manque un point devant comme, soit la virgule après Louis doit être remplacée par un point.
  30. Ce Louis arrive comme un cheveu sur la soupe. Il y a donc une incompréhension. Il est vraisemblable qu’il fallait alors plutôt écrire « lui ».
  31. Lui ? Mais de qui parle-t-on ? Certainement pas de Geoffroy ! L’autre possibilité ne peut donc être que Jésus-Christ par opposition à l’antéchrist : comme Jésus-Christ. On peut donc détordre la phrase : l’antéchrist. Comme Jésus Christ.
  32. L’accent circonflexe signifierait que nous utilisons le verbe être au mode subjonctif (fût). La forme correcte est : fut.
  33. Parrain : par un
  34. Prix (quantité d’argent) a bien sûr été confondu avec son homophone : pris.
  35. Une esse est un crochet, ou l’ouverture en S du violon, ou une cheville de fermeture de la roue dans un essieu et cela nous laisse donc sceptique. Il fallait en réalité comprendre : par un esprit. Et là, tout s’éclaire.
  36. On a parlé de sa mère. Il s’agit donc maintenant non pas de son pair, mais de : son père.
  37. L’apostrophe doit être courbe : l’essoufle.
  38. Le mot essoufle s’écrit avec 2 f : essouffle.
  39. Essouffle est un verbe. Le nom commun est essoufflement.
  40. Un van est soit un panier (un panier ne s’essouffle pas), soit un fourgon utilisé pour transporter des chevaux (cela n’existait pas du temps de Merlin). Il y a donc eu une confusion avec son homophone : du vent.
  41. « Son père étaie l’essoufflement du vent ». Phonétiquement, la phrase initiale s’écrit plutôt : son père était le souffle du vent.
  42. Sa mère étant une pucelle et non un puceau, le démon est donc un incube. Morfryn était un démon de la mer. Il fécondait les femmes vierges. Un incube est un être démoniaque « de la nature des hommes et de celle des anges ». Incube vient du latin incubare, être couché dans, tandis que succube vient du latin succuba, la concubine, mot lui-même dérivé de sub cubare, coucher sous.
  43. Sans.
  44. Nom.
  45. L’apostrophe doit être courbe : l’ont.
  46. On : que l’on.
  47. Le mot « a » est mal accentué (à) et de trop sauf si l’on songe à une erreur d’écoute : supposa.
  48. À s’écrit avec un accent grave.
  49. La préposition « à » marque normalement l’appartenance après un verbe ou devant un pronom (Le Corrigeur écrit à l’auteur). Devant un nom, on doit utiliser « de » : De son origine.
  50. Démoniaque.
  51. Il manque une virgule après démoniaque.
  52. Confusion entre le verbe « passer », traverser, et le nom commun « passé », le temps écoulé.
  53. On dit plutôt : il connaissait le passé.
  54. « De par » signifie « de la part ». Ici, cela ne convient pas du tout. Il faut remplacer par : Grâce à.
  55. « foie » en apposition a de quoi surprendre. Tout devient simple si l’on part de l’hypothèse que la virgule après « ça » est de trop.
  56. Dans ce cas il faut comprendre : foi.
  57. Demie s’écrit sans e : demi-dieu.
  58. Devin, la personne qui connait l’avenir. On est d’autant plus aidé dans cette interprétation que l’on a parlé juste avant de l’inverse et que les démons s’opposent au dieu des chrétiens parce que les démons ne peuvent connaitre que le passé, tandis que le dieu connait l’avenir.
  59. Le site se nomme Stonehenge
  60. En ce temps-là on parlait d’astrologue. L’astronomie est arrivée bien plus tard. L’étude des astres permettait, et uniquement cela, de prédire l’avenir.
  61. On inspire à quelqu’un quelque chose : Il inspira à Arthur la table ronde […].
  62. Il y a une majuscule à table : la Table ronde.
  63. Il s’agit ici de l’objet saint : le saint.
  64. Graal prend une majuscule.
  65. Le Saint-Graal s’écrit en un seul mot avec un trait d’union et deux majuscules.

Les autres dictées théorétiques

Pour en savoir plus sur cette correction orthographique

Correction du mot et définition du mot.

Correction des majuscules accentuées et des ligatures.

Correction de foi et de ses écritures.

Découvrez-en toujours plus chaque jour avec une nouvelle règle orthotypographique extraite des conseils d’écriture du Corrigeur, le Correcteur-relecteur des pros.

Le conseil d’écriture du jeudi 29 janvier 2015. Extrait…

Prestation de correction orthographique.par Le Corrigeur…

Où il est dit que Gargantua, enfant, était déjà un grand coquin et qu’il ne distinguait pas le dessus du dessous ni le devant du derrière. Explications…

► Conseil d'écriture du jeudi 29 janvier 2015 : Conseil d’écriture nº 29.

Pour en savoir plus, cliquez sur le lien (en bleu) du conseil d’écriture ci-dessus.

Retrouvez chaque jour un nouveau conseil d’écriture complet tel que vous l’a concocté Le Corrigeur pour vous former au métier de l’écriture…

Attention : demain sera un autre jour et vous trouverez donc un nouveau conseil ; ne ratez donc surtout pas celui d’aujourd’hui !

Conseils d’écriture les plus visités :

► Conseil d'écriture sur : Corrigeur et correcteur-relecteur (Définition de corrigeur corrigeuse).

► Conseil d'écriture sur : Paramétrage de Word (Réglage de Word pour écrire à la française).

► Conseil d'écriture sur : La Mise en page préparatoire à la PAO et au livre électronique (Typographie de la mise en page).

Conseils d’écriture les plus récents :

► Conseil d'écriture sur : Définition et utilisation du mot dans les métiers de l’écriture. (Définition du mot).

► Conseil d'écriture sur : H aspiré (Le H aspiré est-il vraiment aspiré ?).

► Conseil d'écriture sur : Les écritures de la foi (Origine étymologique de foi et Foy).