Menu
Info
Connexion
04 82 53 27 71

Histoire de la lettre X dans la francophonie

emmanuelle
Le Corrigeur® : le conseiller en écriture au cœur de la France, au cœur des volcans d’Auvergne… Tél. : 04 82 53 27 71.

Comment prononcer le nom de la capitale belge ? Bruquecelles, Brucselles ou Brusselles ? Et pourquoi le x, qu’il soit de Bruxelles ou d’ailleurs, traine-t-il une réputation si sulfureuse ?

D’après une question d’Anne M. écrivaine à Neufchâteau.

Le Corrigeur est un conseiller en écriture spécialisé en correction-relecture et en PAO. Voici un extrait de son conseil d’écriture.

Plan de lecture Paragraphes correspondant dans ce conseil d’écriture
Généralité Origine du x dans la langue française
Symbolique de la lettre x
Prononciation de la lettre x

Généralité

Origine du x dans la langue française

Le x n’aurait jamais dû exister dans notre alphabet occidental. Pour comprendre pourquoi nous utilisons cependant cette lettre, il nous faut revenir au début du christianisme.

De Jésus aux premiers successeurs

À cette époque, que l’on nomme antiquité, tandis que le pouvoir politique et militaire était italien, le pouvoir culturel était grec. Ainsi, bien qu’elle était d’origine asiatique, la secte juive dont faisait partie Jésus fils de Joseph avant de se transformer en mouvement apocalyptique s’est développée tout d’abord essentiellement en langue grecque dans la diaspora juive. Puis elle est finalement devenue un mouvement religieux quand toute idée de suicides imminents a disparu de sa doctrine.

De l’influence de la kabbale

Pour les premiers chrétiens, les apôtres, Jésus était celui qui était le premier, autrement dit celui qui vient en premier, et de là le guide, ce que l’on traduit en grec par le verbe ἄρχω avec un chi (χ) central.

La secte juive des successeurs des apôtres, encore sous l’influence des kabbalistes, s’est alors fourvoyée en remarquant que ce mot contient l’alpha et l’oméga, l’alpha en son début et l’oméga en sa fin. Ils ont estimé que Jésus était celui qui arrive au commencement et à la fin. Comme d’autres sectes plus tard tenant toutes plus ou moins de la même névrose, ils ont alors pensé que ce à quoi il tenait le plus, c’est-à-dire pour eux Jésus, marquait la fin du monde, ou tout au moins du leur. Ils en étaient d’autant plus convaincus qu’ils étaient sans cesse persécutés pour leur théorie antisociale prônant l’égalité des maitres et des esclaves alors que le fondement même de la société reposait justement sur l’esclavage.

Ces parias devaient bien évidemment se cacher et pour reconnaitre l’un des leurs, ils utilisèrent alors un code secret : ils parlaient de poissons. Pourquoi le poisson ? Parce que leur slogan était « nous croyons en Jésus-Christ, fils de Dieu, sauveur ». En grec latinisé, cela a donné « Ièsous Christos Théou Uios Sôtêr » que l’on peut réduire à l’acronyme ἰχθύς… qui signifie Poisson en langue grecque. Encore le chi.

Le baume

Et ce n’est pas tout ! Pour ce mouvement préreligieux, Jésus était un roi, au sens étymologique du terme, c’est-à-dire un représentant de leur dieu devant le peuple. À cette époque et en Occident jusqu’à la renaissance, le roi était considéré comme un élu, et par conséquent comme un plus qu’humain. Pour symboliser cet état, on l’enduisait d’un baume lors d’une cérémonie d’intronisation : il était consacré.

Le mot « enduire d’un baume » se disait Mashiyach en langue hébraïque, ce que l’on a traduit en grec par Χριστός et que l’on a latinisé en chritos pour en faire le prénom Christ. Encore le chi autour de l’essence principale de cette nouvelle religion.

« Dieu, ton Dieu, t’a oint d’une huile de joie, de préférence à tes compagnons » (Psaume 45:8 ; Traduction œcuménique de la Bible). Faisant remarquer que ce psaume s’appliquait en premier lieu à un roi humain, et non à Dieu, la New American Bible qui rend Psaume 45:7 par « ton trône, Ô Dieu » fait le commentaire suivant : « Le roi, dans un langage courtois, est appelé “Dieu”, c’est-à-dire plus qu’un humain, représentant Dieu devant le peuple » (consulter également Ps. 45:6 dans la New English Translation).

Une note de la Traduction œcuménique de la Bible sur ce même passage précise : « L’Ancien Testament applique parfois le terme Dieu à des humains (Ps. 82.6 ; Ex. 4.16 ; voir Jn 10.34-35). Il semble ici appliqué au roi […] Les traducteurs modernes proposent parfois “ton trône est celui de Dieu” (voir 1 Ch 29.23), ou “ton trône est comme celui de Dieu” »

Le χ se trouvait partout alors ces premiers chrétiens se dirent que c’était un signe. Après tout, Jésus n’était-il pas mort sur la croix et le χ ne ressemblait-il pas à une croix légèrement pivotée ?

Le prosélytisme

La secte apocalyptique est finalement devenue religion d’État lors de l’édit de Milan en 313 lorsque l’empereur romain Constantin trouva qu’il était plus judicieux de se convertir et de devenir le chef de ce mouvement religieux décidément devenu incontrôlable que de continuer à essayer de s’y opposer.

Le pouvoir religieux s’est alors aussi accaparé le pouvoir culturel. La fabrication des manuscrits devint ainsi l’apanage de moines spécialisés, les copistes. Férus de la langue latine et de la langue grecque, ils firent naturellement aussi du prosélytisme. L’essentiel de leur travail consistait à la recopie des documents en langue italienne, que l’on appelait alors le latin. Sous couvert d’économiser les papyrus, ils prirent donc l’habitude de remplacer le suffixe -us très fréquent en latin par un signe abréviatif dérivé de la lettre grecque χ qu’ils ont par la suite carrément confondue avec le x romain qui en dérivait.

La déformation linguistique finale

Puis le latin disparu pour devenir le français. La consonne l suivie d’une autre consonne, en l’occurrence le s dans le cas du pluriel, s’est transformée en u (que l’on prononçait ou en latin). Cheval prit donc pour pluriel le mot chevaus. On prononçait donc un che-al et des che-a-ou, et l’on écrivait un cheval et des chevax.

Plus tard, le χ grec fut petit à petit compris comme étant une simple lettre x, et les copistes ont alors rétabli l’u qu’ils croyaient avoir oublié. Cela a donné la graphie que nous connaissons encore maintenant : chevaux.

Finalement, la règle initiale s’oublia et l’écrit fit force de loi. Celui qui parlait de chevals ou de soupirails devint désormais la risée de ceux qui croyaient savoir.

Voici les principaux suffixes qui changèrent de sonorité puis d’écriture au pluriel :

Singulier Pluriel Exemples
-ails -aux soupirail au singulier et soupirails au pluriel. Cela a donné soupiraux au pluriel.
-als -aux cheval au singulier et chevals au pluriel. Cela a donné chevaux au pluriel.
-ols oux genol au singulier et genols au pluriel. Cela a donné genou au singulier et genoux au pluriel.

Et c’est ainsi que plusieurs chols devinrent de même des choux, et par un retournement de situation, le singulier prit finalement lui aussi la sonorité du pluriel et produisit exceptionnellement des mots singuliers. C’est le cas de : bijou, caillou, chou, genou, hibou, joujou, et pou.

Érudit

Symbolique de la lettre x

Le mal

  1. De l’influence chrétienne qui assimilait le χ grec au Christ puis finalement à son martyre sur la croix, le x a parfois conservé l’idée de l’interdit. C’est par exemple le cas de la littérature et des films X (pornographie) ou du chromosome X (chromosome féminin, donc de la femme que les religieux chrétiens du moyen-âge considéraient comme l’incarnation du mal).
  2. En démographie, la génération X désigne, selon la classification de William Strauss et Neil Howe, la génération sociologique des Occidentaux nés entre 1966 et 1976. La génération X était, à l’origine, connue sous le nom de génération « Baby Bust », en raison du faible taux de natalité par comparaison à la période du babyboum. Plus tard, le terme génération X a été adopté et conservé. Le terme a d’abord été utilisé au Royaume-Uni en 1965 par Jane Deverson et Charles Hamblett. L’éditeur de la revue Woman’s Own avait demandé à Deverson de réaliser une série d’entrevues avec des adolescents. L’exercice avait montré une génération « qui couche ensemble avant le mariage, qui ne croit pas en Dieu, qui n’aime pas la Reine et qui ne respecte pas ses parents ». Ces résultats avaient été jugés inacceptables pour le magazine parce qu’il s’agissait d’un nouveau phénomène. Pour tenter de sauver sa recherche, Deverson travailla avec un correspondant à Hollywood pour créer un livre sur sa recherche. Hamblett décida de la nommer génération X par dérision en référence aux films X.

L’inconnue

René Descartes fit le premier sortir l’x du ghetto dans lequel l’avaient enfermé les religieux.

  1. En mathématiques, Descartes attribua les lettres a, b, c, etc. du début de l’alphabet latin aux constantes, tandis que les lettres x, y, z de la fin correspondaient aux variables inconnues.

    a ne représente pas le son a, mais l’idée d’une quantité connue dont on ne spécifie pas la valeur ; x ne représente pas le son x, mais l’idée d’une quantité inconnue.

    Antoine Louis Claude Destutt, comte de Tracy, Éléments d’idéologie t. 1, 1801, p. 336.

  2. Par dérision, les élèves de l’École polytechnique se nommèrent alors les X d’une part en raison des deux canons croisés qui symbolisent l’école sur son insigne et d’autre part parce que leur scolarité consiste essentiellement à travailler sur des variables inconnues.
  3. En électrochimie, X devint la variable attribuée à la réactance.
  4. En chimie, X devint le symbole commun des halogènes.
  5. En droit, l’accouchement sous X est un accouchement dont la mère veut conserver l’anonymat. Une plainte contre X, signifie porter plainte contre une personne dont l’identité n’est pas déterminée.
  6. Dans l’administration, X est la lettre sous laquelle sont inventoriés, dans la nomenclature nationale commune aux différentes Archives départementales de France, les documents relatifs à la prévoyance, l’assistance sociale, et les dossiers des pupilles de l’État .

Expert

Prononciation de la lettre x

Il ne se prononce généralement pas lorsqu’il termine un mot : cailloux, ou encore roux.

Entre deux voyelles, il se prononcera :

— [ks] (comme dans taxi) ;

— [gz] (comme dans exemple) ;

— [z] (comme dans dixième) ;

— [s] (comme dans soixante) ;

— et exceptionnellement [k] (comme dans xérès et xhosa).

Devant une consonne, il se prononcera généralement :

— [ks] (comme dans externe).

Pour en revenir à la question initiale, on prononcera Brusselles. Cela correspond d’ailleurs à la graphie néerlandaise Brussels Hoofdstedelijk Gewest ou Brussel. On dira de même Ausserre pour la ville d’Auxerre.

Pour en savoir plus

Correction-relecture PAO Livre imprimé PAO Livre numérique Contacter Le Corrigeur

Ce conseil d’écriture comme ceux qui suivent sont une démonstration de qualité des prestations proposées par le conseiller en écriture Le Corrigeur.

Image En savoir plus Description
vallée de chaudefour Tous les conseils d’écriture Le Corrigeur a déjà rendu publics 15 conseils d’écriture.
01 02 05 07 14 17 26 27 28 29 30 31 36 40 41
dièse et hashtag Dièse-hashtag Conseil d’écriture précédent : no 36.
Le hashtag n’est rien d’autre qu’un dièse un peu particulier utilisé sur certains réseaux sociaux. Voici sa définition, son symbole, et son histoire.
emmanuelle Histoire de la lettre X dans la francophonie Conseil d’écriture affiché à l’écran : no 41.
Le français a une accointance historique d’autant plus particulière avec le X que dès ses origines la France est devenue la fille ainée de l’Église.
canards du lac chambon C.O.I. Conseil d’écriture suivant : no 1
Le complément d’objet indirect semble bien complexe. Il n’en est rien. C’est en réalité lui qui permet de répondre à nos questions existentielles.

La vidéo de l’histoire du X dans la langue française

X-Files : Aux frontières du réel est une série télévisée américano-canadienne de science-fiction en 202 épisodes de 43 minutes, créée par Chris Carter et diffusée à partir du 10 septembre 1993. La vérité est ailleurs, nous expliquait l’agent Fox Mulder. Avec Le Corrigeur vous découvrirez votre vérité.

Vous recherchez la très haute qualité…
Demander un devis
Pour faciliter votre navigation, le site corrigeur.fr procède à l’enregistrement automatique de données techniques : les témoins de connexion. Voici comment les supprimer.